Rechercher

Vitamine D et cancer

Le déficit en vitamine D, l'hypovitaminose D se définit par un taux sérique (sanguin) insuffisant de 25 (OH) D. Il y a insuffisance lorsque les taux sont inférieurs à 30ng/ml et carence lorsque les taux sont inférieurs ou égaux à 20 ng/ml.

Dans les pays occidentaux, 40 % de la population de plus de 50 ans serait en déficit. L'âge entraine une diminution de la synthèse de la vitamine D, ainsi qu'une une faible exposition au soleil, un phototype élevé ( peaux sombres) et/ou des apports alimentaires insuffisants… De plus en plus d'études scientifiques démontrent les conséquences néfastes d'e l'hypovitaminose D . Outre les effets délétères sur la santé osseuse ( ostéomalacie, rachitisme, ostéoporose), immunitaire (ex: mortalité par Covid19) et musculaire, ces études mettent en lumière les effets protecteurs d'un taux sérique optimal de 25(OH) vitamine D entre 30et 44 ng/ml . La vitamine D agirait sur plusieurs mécanismes et limiterait le développement des cellules cancéreuses., "Une supplémentation quotidienne pendant 5 ans par vitamine D entraine une réduction des formes avancées de cancer, métastatiques ou mortelles chez des individus indemnes de cancer initialement et de poids normal" (essai clinique VITAL). Chez la femme en post ménopause, les essais cliniques ont enregistré une réduction de 60% des risques de cancer chez les patientes supplémentées en vitamine D (revue médicale suisse 30/11/2011). Concernant le cancer du sein, l'étude de l'Institut Gustave Roussy a démontré que les femmes ayant un taux sanguin de vitamine D supérieur à 30ng/ml avaient un risque de développer un cancer du sein diminué de 27 % par rapport aux femmes dont le taux sanguin était inférieur à 20 ng/ml. De nombreuses études sont encore en cours et la vitamine D n'a pas finit de nous surprendre . Parlez-en à votre médecin traitant. Lui seul a les compétences pour vous prescrire une supplémentation car tout excès est toxique pour l'organisme. Alors que faire ? -s'exposer 5 à 30 mn /jour les bras et les jambes entre 10 et 15 h en mettant une protection solaire sur le visage; -manger des aliments riches en vitamine D dont huile de foie de morue, poissons (saumon, sardines), produits laitiers ( au moins 3 par jour après 50 ans :yaourts, fromages), oeufs, beurre...


-pratiquer une activité physique adaptée si possible en plein air -en parler à votre médecin

Sources : Revue médicale Suisse 30/11/2011, https://www.cancer-environnement.fr/, https://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/la_supplementation_en_vitamine_d_une_arme_contre_le_cancer



16 vues0 commentaire